Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Monde de Céline
  • : Bonjour, je m'appelle Céline. Après avoir consacré mon blog à mes ouvrages de broderie et de cartonnage, une nouvelle page se tourne ayant retrouvé le goût des livres. Ainsi, j'ai décidé de partager avec vous mon ressenti sur mes lectures.Je vous souhaite de passer un agréable moment dans mon petit monde. Je vous dis à bientôt en espérant avoir le plaisir de vous lire au travers de vos commentaires!
  • Contact

Un petit mot pour vous.....

Merci de votre visite dans mon petit monde, j'espère que vous vous y plairez.

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, ça me fait toujours plaisir de vous lire.

http://idata.over-blog.com/5/11/64/77/gifs/a-bientot/A-bientot-bizz.gif

   Céline/cedibo

Mes Archives

Mes Tutos/pas À Pas En .pdf

Mes Liens

7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 13:03
"Et surtout, ne cherchez pas à me joindre!" - Heleen Van Royen

L'histoire :

 

Juliette, 36 ans, s'ennuie. Un mari parfait, deux enfants, un travail rémunérateur... Une mécanique bien huilée qui aujourd'hui l'étouffe. Comment a-t-elle pu oublier sa vie d'avant – avant d'être une épouse et une mère ? Pour la retrouver, elle taille la route vers le Portugal pour se redécouvrir, repousser ses propres limites, être elle-même, enfin. Mais pour se sentir vivre pour de bon, Juliette va aussi se brûler les ailes.

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Ce qui m'a fait choisir ce livre c'est le mot Portugal dans le 4ème de couverture car j'étais à 1 mois d'y partir une dizaine de jours en vacances. Je voulais une lecture légère, le thème semblait s'y prêter, et je m'imaginais en plus visiter ce pays par anticipation.

 

Au final, je n'ai été convaincue par aucun des 2.

 

Pour commencer : le pays. Oui l'histoire se passe bien au Portugal, mais aurait tout aussi bien pu se dérouler ailleurs. L'auteure, tout comme son héroïne est hollandaise. Or l'auteure est installée dans ce pays. J'imagine donc qu'elle l'aime et qu'il lui plait. En faisant partir son héroïne là-bas, j'aurais aimé qu'elle se serve de son expérience personnelle de la découverte du pays, pour nous y transporter également. Mais non, son vécu n'apporte rien du tout et je le regrette. Je n'ai pas trouvé "l'exotisme" auquel je m'attendais.

 

Ensuite : l'intrigue. Juliette fait le point sur sa vie bien rangée et se rend compte qu'elle veut vivre autre chose plus conforme à ses rêves de jeunesse. Juste pour la théorie et voir la réaction de son mari, elle lui annonce qu'elle part. Finalement elle va au bout de sa théorie et part effectivement.

J'ai trouvé le début du roman très plaisant. Le poids de sa routine et de sa condition d'épouse, de mère, de fille et de soeur parfaite est parfaitement décrit et m'a fait sourire.

 

Malgré tout, par la suite, il ne se passe pas grand chose d'intéressant, c'est assez futile et pas très moral, même si dans le cadre d'un roman ce n'est pas un problème en soi.

 

Enfin, un point positif arrive avec l'épilogue qui m'a agréablement surprise. Je ne m'attendais pas à cette fin là où finalement la morale reprend le dessus et où l'on réalise que les bonnes intentions ne suffisent pas pour réussir sa vie : Tel est pris....

 

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 11:26
"Et nous nous reverrons..." - Mary Higgins Clark

L'histoire :

 

Accusée du meurtre de Gary, son époux, un médecin réputé de Manhattan, Molly a passé six ans en prison. Et voilà que lorsqu'elle en sort, bénéficiant d'une remise de peine, la jeune femme avec laquelle Gary avait une liaison est assassinée à son tour... De nouveau suspecte, Molly doit prouver son innocence. Elle n'a que deux alliées : ses amies d'enfance, Fran et Jenna.

Mais quel rôle joue cette dernière, devenue l'épouse d'un homme d'affaires sans scrupule ? Et qui a voulu accuser Molly ? 

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Pour faire simple c'est un très bon polar. Je ne me suis pas ennuyée une seconde.

 

Molly a purgé une peine de prison pour le meurtre de son mari dont elle ne se souvient pas, mais pour lesquelles toutes les preuves l'accablent. Elle en vient à douter d'elle même, puis petit à petit des pièces du puzzle lui reviennent en mémoire.

Une amie d'enfance devenue journaliste ne peut la croire coupable et va donc se mettre à rechercher des preuves à décharge.

 

L'intrigue, prenante, est très bien ficelée, tous les personnages sont liés entre eux, chacun peut être le coupable. Oui, mais comment et pourquoi? Ce sont toutes les questions que je me suis posée au fur et à mesure de ma lecture pour au final être complètement surprise par le dénouement qui n'arrive qu'à quelques pages de la fin. 

 

Le suspens est parfaitement maintenu jusqu'au bout et il n'y a pas de longueurs superflues. Bref, c'est un polar efficace que j'ai beaucoup aimé.

 

 

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 18:55
"L'homme qui voulait vivre sa vie" - Douglas Kennedy

 

L'histoire :

 

Un poste important, une vaste maison, une femme élégante, un bébé : pour tout le monde, Ben Bradford a réussi.
Pourtant à ses yeux, rien n'est moins sûr : de son rêve d'enfant - être photographe - il ne reste plus rien. S'il possède les appareils photo les plus perfectionnés, les occasions de s'en servir sont rares. Et le sentiment d'être un imposteur dans sa propre existence est de plus en plus fort...

Alors comment résister à l'appel d'une autre vie quand le destin s'en mêle ?

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 
Quelle histoire! Pas vraiment très morale mais j'ai adoré! 
 
Certes j'ai trouvé la première partie un peu longue, même si elle permet d'installer le personnage et de l'appréhender avec son vécu antérieur. Quant à la fin, pour le coup je l'ai trouvée un peu trop rapide mais il n'empêche que l'intrigue m'a tenue en haleine jusqu'au bout. J'ai vraiment été captivée.
 

Cet homme, Ben, à qui tout a réussi, doit se reconstuire une vie après que la sienne ait basculé brutalement. Il en profite pour enfin vivre son rêve : devenir photographe. Toutefois cette nouvelle vie inclus également une nouvelle identité et donc des non-dits, des mensonges etc. L'intrigue est vraiment très bien ficelée.

 
Par contre, je me suis demandée si l'auteur n'était pas sponsorisé par un laboratoire pharmaceutique parce qu'on est abreuvé de noms de médicaments au rythme des prises du héros. A force c'est pesant tout comme le prix systématiquement donné pour tout.
 
Enfin, il n'empêche que c'est un très bon polar. J'ai passé d'excellentes heures de lecture, et j'ai eu bien du mal à lâcher mon livre.
 
 
Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 16:48
"Une âme de trop" - Brigitte Aubert

L'histoire :

 

Elvira, infirmière quadragénaire, accuse le coup : elle ressemble fort aux trois femmes sauvagement dépecées au cours des deux dernières semaines. Pire, les victimes sont en lien avec l'hôpital où elle travaille. En proie à une terrible angoisse, Elvira garde son couteau en poche et reste cloîtrée dans son appartement. Est-ce que l'inspecteur Alvarez prendra cette affaire au sérieux avant qu'il ne soit trop tard?

 

Ce que j'en ai pensé :

 

J'ai eu du mal à plonger dans l'intrigue. J'ai relu 2 fois les 35 premières pages. La protagoniste, Elvira, est une infirmière agoraphobe paranoïaque en arrêt maladie.

 

Elle vit seule confinée dans un logement qu'elle loue à Steven un collègue infirmier, qui vit au dessus de chez elle, et qu'elle espionne en passant la tête dans le conduit de sa cheminée, d'où elle entend tout ce qui s'y passe.

Recluse dans son appartement, d'où elle n'en sort qu'en absolue nécessité, elle alterne les soins relaxants, les verres de cognac et les chats internet sur les sites de rencontres.

 

L'intrigue se justifie enfin quand une femme assassinée est amenée dans l'hôpital où elle travaille. Sa collègue Céline, petite amie du commissaire en charge de l'affaire, est aux premières loges, et de ce fait, la tient au courant de l'avancement des enquêtes, quand deux autres femmes, tuées dans des circonstances similaires, y sont également amenées.

 

Et là, enfin, cela commence à être intéressant car les 3 femmes tuées ont des caractéristiques communes avec Elvira. Se sentant alors menacée, et pas prises au sérieux par les policiers qu'elle harcèle, elle panique, et elle mène son enquête de son côté, toujours de son appartement.

 

Ecrit à la première personne, le roman peut se concevoir un peu comme le journal personnel de Elvira, sur lequel elle poserait ses suppositions et ses conclusions, au fur et à mesure de l'avancement des évènements. L'intrigue et le suspens va crescendo, les soupçons se portant tour à tour sur plusieurs personnages.

 

Je note un point négatif : N'étant pas du tout fan du langage codé SMS j'ai eu un peu de mal à déchiffrer certains échanges de textos.

Pour autant la lecture dans son ensemble est très fluide car il s'agit pour l'essentiel de dialogues et de notes mises sur le papier dans un langage parlé et non écrit.

 

Pour ce qui est de l'épilogue, je ne m'attendais pas du tout à cette fin là. Du coup j'ai relu quelques passages pour mieux comprendre certaines situations. Mais, au final je reste sur ma faim car du coup, je trouve que plusieurs évènements ne sont plus du tout crédibles...... ou alors je n'ai absolument rien compris?!.....

 

Pour conclure, mon avis est vraiment mitigé pour ce roman. Entre un début laborieux, où j'ai eu bien du mal à entrer dans l'intrigue, et une fin, qui pour moi n'est pas du tout convaincante, je suis déçue d'autant qu'entre les deux, le rythme était soutenu et le suspens bien présent.

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 19:49
"Retour à Redemption" - Patrick Graham

L'histoire :

 

Vingt ans après avoir purgé sa peine à Rédemption, camp de redressement pour mineurs, Peter Shepard renoue avec son passé comme on reçoit un coup de couteau en plein coeur. Le brillant avocat d'affaires de San Francisco pensait avoir tiré un trait définitif sur ce sinistre établissement ou régnaient brimades, humiliations et sévices. Le meurtre de sa famille lui fait douloureusement retrouver la mémoire. Quelqu'un cherche à lui faire goûter une nouvelle fois à l'enfer de Rédemption...

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Ce livre est bien construit car il y a en quelque sorte 2 histoires en 1 : le passé de Peter avec ce qu'il a vécu à Redemption, et le présent qui l'amène à se rappeler de ce passé.

Les chapitres courts s'imbriquent très bien entre eux, la lecture est fluide, je n'ai jamais été perdue.

 

Le tout début de l'intrigue est particulièremet oppressant où il entend sa femme se faire assassiner par téléphone interposé, et où il part à la recherche de leurs jumelles de 2 ans abandonnées en plein désert dans une voiture. J'ai de suite été plongée dans le fil de l'intrigue qui du coup amène Peter à se replonger dans son passé.

 

Personnellement j'ai préféré le récit du passé à celui du présent.

Ce que lui et ses amis, "les enfants perdus", ont vécu dans l'enfer de Rédemption est terrible avec beaucoup de violences et de tortures physiques et psychologiques.

 

Le présent est très dur aussi, surtout dans les conditions où il retrouve ses amis d'alors.

Toutefois, je trouve l'enchainement des retrouvailles un peu trop rapide et hasardeuse même si l'on sait que cela se fait par le biais d'un agent du FBI recontacté, et qui avait été là à l'époque pour arrêter les agissements de Rédemption. L'arrivée de cet agent derrière Peter, dans un bled paumé, alors qu'il ne l'a plus vu depuis 20 ans, et qui lui tape sur l'épaule alors qu'il est en train de lui téléphoner n'est pas crédible.

 

De plus je suis restée sur ma faim avec l'épilogue qui nous ne nous éclaire pas vraiment sur la fin de l'intrigue : Que devient-il quand il franchit la porte du cachot avec Wendy, son amour de jeunesse? Meurent-ils ensemble dans le cachot pour respecter le pacte passé entre "les enfants perdus", ou recommencent-ils une nouvelle vie ensemble en empruntant les galeries souterraines des cachots?

Cela reste à l'appréciation du lecteur or je préfère que les choses soient bien établies.

 

Par ailleurs, le pacte n'est pas aussi percutant que ce que je le pensais. Je ne dirai pas qu'il est décevant au regard de ce qu'ont vécu "les enfants perdus", mais il n'est pas à la hauteur de ce que j'en attendais.

 

Malgré ce bémol à la toute fin du roman, j'ai été plongée dans l'enfer oppressant de Rédemption pour mon plus grand plaisir de lectrice.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 19:46
"Doggy Bag" saisons 4 et 5 - Philippe Djian

Saison 4

 

L'histoire :

 

Ce que l'on craignait est arrivé : Victor Sollens s'est pendu.
Le niveau des eaux baisse, le fleuve retourne dans son lit, Irène est saine - sauve, mais le vieil homme n'a pas supporté d'être rejeté par les siens - pour une vague histoire de trahison dont il se serait rendu coupable. De son côté, David découvre que Josianne n'est pas enceinte, ce qu'il n'apprécie que moyennement puisque c'était la raison pour laquelle il l'avait épousée. Autant dire que pour certains les chose ne vont pas très fort.
À présent, plusieurs mois ont passé. L'arrière-saison est magnifique, la nature étonnamment luxuriante. Et il y a un grand plaisir à écrire là-dessus, sur le cheminement des âmes aujourd'hui, sur ces choses que nous avons sous les yeux étrangement belles et menaçantes.

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Quoi dire que je n'ai pas déjà dit avec les 3 saisons précédentes?... L'histoire tourne toujours en rond, certes il se passe des choses mais le manque de suspens et de vrais rebondissements commence à me lasser.

 

Je pensais que le pendu retrouvé à la toute fin du volume précédent allait donner un peu d'élan à l'ensemble du roman en abordant la notion de la culpabilité des autres personnages, mais finalement, le pendu n'est pas mort et du coup, c'est encore un coup d'épée dans l'eau, il n'y a pas de vrai rebondissement.

 

Certes, il y a toujours de l'amour, de la haine, du complot, de la rancoeur, de la trahison, de la corruption, de la folie etc, et tous ces éléments devraient me tenir en haleine. Mais non, cela ne fonctionne pas pour moi.

 

La saga comporte 6 saisons mais il me manque la dernière. Je vais quand même continuer la série avec le 5ème tome que j'ai en ma possession car je n'aime pas m'arrêter en route, mais je verrai si cela vaut la peine que je recherche le dernier volume. Pour l'heure je n'en suis pas sûre, d'autant que cette 4ème saison ne se termine pas sur note de suspens.

 

"Doggy Bag" saisons 4 et 5 - Philippe Djian

Saison 5

 

L'histoire :

 

Conscient du problème, résolu à devenir un honnête homme, Marc rejoint les Sexoliques Anonymes – et il était temps, car être Sexuel Dépendant n'est pas une vie – tandis que David en profite pour poignarder Joël, ce qui le conduit tout droit chez les fous. Le temps demeure incroyablement doux, cependant. Un couple de vautours est apparu en ville. D'autres se contentent d'une rage de dents. L'occasion, pour Paul, de se conduire très odieusement. Quant à Irène, que dire de l'hébétude où la plongent les agissements de son diable de mari ? Et quant aux différentes femmes de l'histoire, que dire de leur désarroi général, voyant à quel genre d'hommes elles ont affaire ? Personnellement, je pense qu'elles ne valent pas mieux. Et que le seul devoir d'un écrivain est de travailler son style.

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Alors voilà, ça y est je ferme cette saison 5 et là je me dis qu'il faut vraiment que la saga s'arrête.

Entre l'ours qui attaque et tue la moitié d'un bus de paroissiens, l'ex-mari d'Edith sur lequel sa voisine pratique la sorcellerie et la magie noire, au point de le faire pourrir de l'intérieur, et Victor Sollens qui, après avoir eu tous les stigmates de sa femme enlevée et séquestrée, se met à faire de la lévitation en public sans savoir ce qui lui arrive, il faut vraiment que cela cesse, car cela devient vraiment du grand n'importe quoi.

 

En ce qui concerne les autres personnages, il n'y a pas beaucoup d'avancées non plus.  Leurs relations n'évoluent pas, j'ai vraiment l'impression qu'ils font du sur place.

 

Je reste vraiment perplexe et sur ma faim : tout ça pour ça?!..... Heureusement les livres se lisent vite et facilement parce que personnellement je trouve que cela ne vaut vraiment pas la peine de s'y attarder.

C'est vraiment dommage. En faisant une saga de 6 tomes, il y avait matière à faire évoluer les personnages mais là, rien, on tourne en rond depuis le début. Certes il se passe des évènements, mais cela manque cruellement de sel et de piquant.

 

Il me reste encore un volume à lire, mais je ne l'ai pas en ma possession. Si je le trouve au hasard d'un vide grenier, je me laisserai tenter mais je ne vais pas courir après non plus. Je pense avoir déjà été très patiente en lisant 5 saisons à attendre LE truc qui ferait que j'ai envie d'aller au bout de la saga, mais là je suis définitivement déçue.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 20:20
"Doggy Bag" saisons 1, 2 et 3 - Philippe Djian

Saison 1

 

L'histoire :

 

Marc et David Sollens, la quarantaine sexy, ont tout pour être heureux. A la tête d'un florissant garage de voitures de luxe, leur vie s'écoule avec ses faiblesses, ses accélérations, ses rencontres d'un soir, ses passions et ses tracas. Vingt ans plus tôt, ils faillirent pourtant s'entretuer pour une jeune femme, Edith, qui disparut comme elle était venue. Les plaies furent pansées et nos deux frères enterrèrent la hache de guerre. Mais par un beau matin, la belle pointa de nouveau le bout de son nez. Le " plus américain des romanciers français " nous offre avec Doggy bag une série romanesque mixée sur les platines des séries télé auxquelles il a eu la bonne idée d'emprunter les codes, la vitesse, et la structure en 24 images seconde.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Je n'avais jamais lu Djian auparavant et ce qui m'a tenté en choisissant ce livre c'est l'idée qu'il a été écrit dans l'esprit des séries télévisées. Certes, celles qui me connaissent savent que je regarde très peu la télé mais une série m'a pourtant tenue en haleine "Desperate Housewives".

Même si l'auteur s'est plutôt inspiré des séries "Six Feet Under" et "Sopranos" (que je ne connais pas), j'espèrais y retrouver tout ce qui m'avait plu dans ma série de prédilection.

 

De plus sortant de 2 livres un peu compliqués à lire, j'ai voulu quelque chose de plus léger. En cela je n'ai pas été déçue par ce livre qui se lit tout seul.

Peut-être même un peu trop facilement pour le coup, car il faut bien reconnaitre qu'il ne s'y passe pas grand chose, malgré des ingrédients incontournables : des conflits familiaux, une mère poule, des fils tombeurs, une affaire familliale florissante, une fille dont on ne connait pas le père, de l'argent, du sexe etc.

 

Une chose est sûre on ne se perd en pas descriptions superflues, et pour cause bien souvent les évènements sont passés avant même d'avoir été décrits. L'intrigue en elle même n'a pas grand d'intérêt.

 

Cette série compte 6 saisons. J'ai envie de me dire que cette première saison a pour but d'installer les personnages, et de nous familiariser avec eux, et que les saisons à venir seront un peu plus intéressantes, et qu'il y aura plus de rebondissements, en tout les cas je l'espère. Affaire à suivre donc....

"Doggy Bag" saisons 1, 2 et 3 - Philippe Djian

Saison 2

 

L'histoire :

 

Avec Doggy bag saison 2, Philippe Djian remporte son audacieux pari : nous tenir en haleine avec le récit du destin pour le moins extravagant de la famille Sollens. L'on y retrouve le même casting de choc. Irène, la mère des frères Sollens, alcoolique et bigote ; Josianne, infirmière torride, divorcée d'un mari impotent et rancunier ; Béa, spécialiste en marketing direct sur canapé et enfin la sulfureuse Edith, accompagnée de sa fille de vingt ans, à la recherche d'un père qui se cache peut-être dans le tableau... Vraies scènes d'amour, drames en direct et vents de folie sur fond de catastrophes naturelles et de violences urbaines ! Comme si tout ce petit monde totalement halluciné avait besoin de ça !

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Tout comme pour la première saison, il se lit vite et sans prise de tête. C'est une saga familiale avec ses hauts et ses bas, mais je trouve que ça manque de dynamisme. Par contre, ce n'est pas une lecture à mettre entre toutes les mains car le sexe fait partie intégrante du quotidien des protagonistes et leur activité de ce point de vue là, est clairement détaillée de manière crue.

 

Côté rebondissements il ne se passe toujours pas grand chose sauf..... dans les 10 dernières pages. Ouf il était temps! Enfin un peu de suspens avec les chiens des voisins qui déterrent un paquet, et la mère de famille qui est séquestrée par son amant d'un jour.

 

Je termine donc cette deuxième saison et enchaîne de suite avec la saison 3, ce serait dommage que je m'arrête maintenant alors qu'il commence enfin à se passer quelque chose susceptible d'être d'intéressant......

"Doggy Bag" saisons 1, 2 et 3 - Philippe Djian

Saison 3

 

L'histoire :

 

Lorsqu'ils avaient vingt ans, et sous les yeux effarés de leur mère, David et Marc Sollens ont failli s'entre-tuer pour Edith - laquelle, amoureuse des deux garçons, en a profité pour s'enfuir avec un troisième larron avant que les choses ne tournent encore plus mal. Ils ont aujourd'hui la quarantaine et elle revient. Aïe. Tout autour, la ville miroite et clapote. Edith, qui eut longtemps la phobie de l'eau, surmonte brillamment l'épreuve. Elle revient de loin. Elle revient de si loin que parfois elle se sent à bout de forces mais elle tient bon. Elle gère tout ça. Elle a même réussi à ne pas affronter sa fille, à échanger quelques mots avec Irène. Elle gère tout ça. Dans l'ensemble, il s'agit d'un équilibre précaire, assez étonnant, si branlant qu'il en acquiert une sourde fermeté - tout rompant qu'il s'affirme avec les lois les plus élémentaires de la physique des corps qui s'entrechoquent. Mais comme toujours, et une fois de plus, le seul problème est de trouver la bonne cadence pour la lecture, la bonne foulée. Sinon quoi d'autre ?

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Comme pour les 2 premiers tomes, il se lit tout seul.

Les protagonistes sont maintenant bien en place. On retrouve de tout dans cette saga qui se veut à l'image d'une série télévisée comme le souhaitait l'auteur : amour, trahison, meurtre, mensonge etc.

 

Je regrette toutefois que les évènements ne soient pas plus approfondis.

La fin du volume 2 se terminait sur 2 questions sans réponse. Certes le volume 3 apporte des réponses mais ce n'est guère développé.

 

De plus, je n'ai pas aimé le phénomène paranormal qui est mis en avant avec le mari chez qui tous les stigmates de sa femme, alors violentée et séquestrée, apparaissent. Elle a le nez cassé, il a d'un coup le nez cassé, elle a des écorchures, il a des écorchures etc. Bref je n'ai trouvé aucun intérêt à ce aspect là du roman.

 

Toutefois, l'histoire en elle même se laisse lire, d'autant qu'une fois de plus la fin inattendue avec le suicide d'un des protagonistes donne envie de connaître la suite...

 

Et voilà donc comment devenir plus ou moins addict de cette série "Doggy bag"!

En cela l'auteur respecte bien le code des séries télévisées où la fin ne peut pas se terminer telle quelle, donc bien joué Monsieur Djian, je vais de ce pas continuer avec la saison 4!

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 19:30
"Les Morts Solitaires" - Michael Marshall

L'histoire :

 

Ward Hopkins savait que le meurtrier de ses parents et de son meilleur ami n'en resterait pas là. " Tuer, c'est bien ", telle était la morale de celui qui se faisait appeler l'Homme Debout. Aussi, quand un flic est abattu dans une ruelle de Los Angeles, qu'une jolie fille est assassinée en face, qu'une directrice d'hôtel est retrouvée mutilée à Seattle, qu'un restaurateur est massacré à Portland, Ward n'a aucun doute, ces exécutions sont l'oeuvre du monstre qui a anéanti sa vie. Son mode opératoire est chaque fois identique. Une même signature évoquant le secret qui les lie l'un à l'autre. Comme une menace qui lui est adressée et qui se rapproche. S'il n'entend pas être le prochain sacrifié, Ward n'a d'autre choix que de défier à son tour le dingue, quitte à mourir deux fois.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Ce roman est le deuxième opus de la "Trilogie des Hommes de Paille". J'ai lu le premier tome "Les Hommes de Paille". J'avais bien aimé même si je l'avais trouvé difficile à lire car plusieurs histoires se mélangeaient.

 

Avec cette suite, c'est tout aussi compliqué voire plus. Une chose est sûre, il est incompréhensible si le premier livre n'a pas été lu.

Il y a beaucoup de personnages et toujours plusieurs histoires en parallèle. Il faut vraiment s'armer de patience pour comprendre ce qui les relie.

 

L'intrigue se déroule principalement en forêt, et même si elle est bien décrite, j'ai trouvé qu'il y avait trop de longueurs au détriment de l'action. Quant à la traque de Bigfoot, à mon avis, cela n'avait pas sa place.

 

La fin n'apporte pas vraiment de réponses à l'intrigue et du coup je suis restée sur ma faim. Ma première réflexion en refermant mon livre a été "Tout ça pour ça?!". Bref, j'ai été déçue.

Certes il s'agit d'une trilogie et ce livre n'est que le second volume. Pour autant, tant pis, je resterai avec mes questions sans réponse car je ne lirai pas la suite "Le Sang des Anges", la lecture est trop compliquée et le fil conducteur de l'intrigue vraiment pas évident à suivre.

 

La lecture comme n'importe quel loisir doit être un plaisir et non pas une prise de tête, or, avec ce roman cela a été entièrement l'inverse.

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 19:36
"Les Hommes de Paille" - Michael Marshall

L'histoire :

 

Mercredi 30 octobre 1991, à 12h53, dans un fast-food de Palmerston, Pennsylvanie, une femme hurle. Deux hommes, jeunes, vêtus de longs manteaux et armés de fusils semi-automatique, abattent soixante-huit personnes. Avant de prendre la fuite, ils écrivent en lettres de sang : " Les Hommes de Paille ".

Onze ans plus tard, à Santa Monica, Californie, une adolescente , Sarah Becker, est kidnappée. Le serial killer que le FBI a surnommé l'Homme Debout a encore frappé.

A Dyersburg, dans le Montana, Donald et Beth Hopkins trouvent la mort dans un accident de voiture. Ward, leur fils, est incapable d'envisager la réalité de leur disparition. D'autant qu'il découvre un message caché dans le fauteuil de son père : " Nous ne sommes pas morts. "
Trois faits divers, trois énigmes dont la clé est enfouie sous une chape de plomb.

 

Ce que j'en ai pensé :

 

J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire. En fait il y a 2 enquêtes en parallèle, celle du kidnappeur de fillettes et celle de Ward, le narrateur qui va voir sa vie bouleversée par la découverte de révélations le concernant au décès de ses parents.

Il faut un peu de temps pour comprendre le lien entre les 2 affaires pourtant bien ficelées.

 

C'est un très bon polar où la quête d'un tueur en série, la conspiration et la théorie du complot sont élaborés avec brio. L'intrigue est vraiment bien construite, mais j'ai trouvé que c'était un peu difficile à suivre, mais on y arrive quand même en se concentrant bien sur les faits.

 

Ce roman est en fait le premier d'une trilogie, et c'est tant mieux car il est vrai que la fin demande une suite. Dans la foulée j'ai donc commencé le tome 2 "Les Morts Solitaires", et je ne manquerai pas de vous en donner mon ressenti bientôt.

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 19:58
"Très chère Sadie" - Sophie Kinsella

L'histoire :

 

La vie de Lara, 27 ans, part en cacahouète : un fiancé qui la plaque, une entreprise au bord de la faillite, des factures qui s'accumulent... Et cerise sur le gâteau : sa meilleure amie l'a lâchée pour partir vivre en Inde ! Bref, Lara n'a pas vraiment le temps ni la patience de s'occuper de cette mystérieuse jeune fille qui semble tout droit sortie des années vingt. Et pourtant, la voilà embarquée dans une chasse au trésor pour le moins rocambolesque...

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

L'histoire est celle de Lara, qui au jour des obsèques de sa grand-tante Sadie décédée à 105 ans, se retrouve face au fantôme de cette dernière à l'âge de 25 ans. En lisant le résumé je ne m'attendais pas à une histoire surnaturelle, mais ponctuellement pourquoi pas même si je n'en suis pas fan.

 

Lara est la seule à pouvoir voir et communiquer avec elle. Sadie lui demande de retrouver un collier auquel elle tient et qui a disparu.

Lara, se culpabilisant de ne pas s'être préoccupée de Sadie de son vivant, fait tout pour lui venir en aide. 

 

Cette recherche du collier va soulever une autre histoire de famille autour d'un tableau. Cette partie de l'intrigue donne un peu de piment et d'intérêt à l'histoire. C'est ce que j 'ai préféré dans le roman.

 

Pour définir Sadie, sur les deux premiers tiers du livre, je dirais qu'elle ne m'est du tout sympathique, elle est capricieuse et égoïste. Elle ne se soucie pas de Lara quitte à lui créer des problèmes dans son travail et à la ridiculiser aux yeux des gens.

Sur la fin du livre, elle s'améliore même si elle continue à manipuler les gens, mais cette fois c'est pour enfin aider Lara.

 

Dans l'ensemble, ce livre, qui se lit tout seul, permet une plongée sympathique dans les années 20.  La fin est émouvante mais reste sans surprise et très morale : les méchants sont punis et l'amour est gagnant.

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article