Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Monde de Céline
  • : Bonjour, je m'appelle Céline. Après avoir consacré mon blog à mes ouvrages de broderie et de cartonnage, une nouvelle page se tourne ayant retrouvé le goût des livres. Ainsi, j'ai décidé de partager avec vous mon ressenti sur mes lectures.Je vous souhaite de passer un agréable moment dans mon petit monde. Je vous dis à bientôt en espérant avoir le plaisir de vous lire au travers de vos commentaires!
  • Contact

Un petit mot pour vous.....

Merci de votre visite dans mon petit monde, j'espère que vous vous y plairez.

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, ça me fait toujours plaisir de vous lire.

http://idata.over-blog.com/5/11/64/77/gifs/a-bientot/A-bientot-bizz.gif

   Céline/cedibo

Mes Archives

Mes Tutos/pas À Pas En .pdf

Mes Liens

15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 19:09
"Le pays sans adultes" - Ondine Khayat

L'histoire :

 

J'ai onze ans, et je vis dans une famille complètement tordue. Heureusement qu'il y a mon frère Maxence. Lui, c'est mon manuel de savoir-survivre. Le soir, on ferme nos oreilles à double tour, pour ne plus entendre les cris de nos parents qui se disputent. Croyez-moi sur parole, la vie, c'est pas pour les enfants. Maxence a préféré partir au Pays sans Adultes. Moi, j'ai voulu le rejoindre, mais je me suis trompé de chemin. Avec mes nouveaux amis, Valentine et Hugo, on a beaucoup discuté et on s'est fait une promesse : quand on sera grands, on prendra tous les enfants malheureux dans nos filets, et on ne les relâchera que quand ils sauront vraiment nager. Promis, juré.

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Ce roman c'est l'histoire de Slimane, 11 ans, son frère Maxence, 13 ans et leur maman qui vivent sous le joug de Démon, nom donné à leur père qui, au quotidien, les terrorise et les roue de coups tous les 3.

 

Le sujet est grave et terrible. Ce roman poignant c'est la vie de Slimane qui vénère son grand frère qui fait tout pour que dans sa tête il connaisse un autre monde. Et tout s'écroule encore plus le jour où n'en pouvant plus de cette situation Maxence se suicide.

 

Ce roman c'est donc leur quotidien et toute la reconstruction de Slimane pour réapprendre à vivre sans son frère. Rendant sa mère coupable de ce drame, n'ayant rien fait pour quitter leur père et fuir sa violence, il tente en vain de rejoindre son frère au Pays sans Adultes. Il se retrouve alors hospitalisé plusieurs mois et on assiste ainsi à sa renaissance grâce à ses nouveaux amis et aux médecins.

 

Son ressenti est raconté avec ses mots et ses pensées d'enfant. En cela j'ai trouvé la lecture un peu compliquée, car c'est quasi un langage parlé qui est retranscrit, du coup cela manque un peu de fluidité, même si dans un sens, cela nous plonge encore un peu plus dans ses pensées d'un enfant innocent de 11 ans qui n'a pourtant pas été épargné et qui s'interroge sur la vie.

 

La reconstruction de Slimane grâce aux échanges avec le personnel soignant et les autres patients, amène à une réflexion intéressante sur la vie. Malgré le thème, c'est un livre qui m'a plu, plein de poésie grâce aux réflexions de cet enfant, et cela ne peut pas laisser indifférent. Il y a de la violence, de l'innocence, de l'amour, de l'amitié, à l'image de la vie finalement avec toute la gamme des émotions possibles. C'est un ouvrage touchant tout en simplicité.

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 09:43
"Je l'aimais" - Anna Gavalda

L'histoire : 

 

À soixante-cinq ans, il est à l'âge des bilans. Elle en a moitié moins et rumine son chagrin. Celui d'avoir été plantée là avec ses deux filles par un mari volage parti pour une "femme moins usée". A priori, Pierre et Chloé n'ont pas grand chose à partager. Il en décide pourtant autrement, emmenant sa belle-fille sur un coup de tête pour quelques jours à la campagne. Au fil d'un long dialogue, ils vont peu à peu se livrer. Tombe alors le masque du "vieux con" autoritaire et hautain attribué un peu hâtivement par Chloé à son beau-père. L'homme renfermé aux jugements définitifs révèle une blessure et une sensibilité à fleur de peau, tandis que la jeune femme pleine de vie reprend le dessus sur l'épouse éplorée.

 

Ce que j'en ai pensé : 

 

Lu d'une traite, ce cours roman de 155 pages est à l'image de ceux que j'ai déjà lus de Anna Gavalda. Je veux dire par là, qu'il respire la simplicité et tout le monde peut s'identifier à ses personnages. J'ai tourné les pages et sans même m'en rendre compte je l'avais déjà terminé.

 

Ce roman c'est un huis-clos entre Pierre le père d'Adrien, et Chloe la femme d'Adrien que ce dernier vient de quitter en lui laissant leurs 2 petites filles.

 

Le beau-père froid, limite méprisant, emmène sa belle-fille dans la maison de famille et finalement se livre comme jamais il ne l'avait fait avec personne.

 

Il lui avoue avoir été dans la situation de son fils, celui qui trompe, à la différence que lui est resté avec sa femme pour son petit confort quotidien, et pour les convenances sociales, mais l'amour n'était pas là et du coup il n'a jamais été heureux.

 

Son témoignage amène à se poser les questions sur la vie de couple et pas seulement sur l'adultère. Vaut-il mieux rester avec son conjoint pour ne faire de mal à personne mais sans s'épanouir, ou vaut-il mieux partir quitte à faire mal mais avec l'objectif d'être enfin heureux? 

 

La lecture de cet roman amène le constat que quitter est une preuve d'honneteté vis à vis de son conjoint. Bien sûr, quand on est celui qui est quitté, on n'appréhende pas les choses de la même façon, mais cela fait réfléchir quand même. 

 

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 11:28
"Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites" - Marc Levy

L'histoire :

 

Quelques jours avant son mariage, Julia reçoit un coup de fil du secrétaire particulier de son père: comme elle l'avait pressenti, Anthony Walsh, homme d'affaires brillant, mais père distant, ne pourra pas assister à la cérémonie. Mais, pour une fois, Julia doit reconnaître qu'il a une excuse irréprochable : il est mort. 
Julia ne peut s'empêcher d'y voir le dernier clin d'oeil d'un homme qui a toujours eu le don de disparaître soudainement et de faire basculer le cours de sa vie. 
Le lendemain de l'enterrement, Julia découvre que son père lui réserve une autre surprise. Le voyage le plus extraordinaire de sa vie... et peut-être l'occasion de se dire, enfin, toutes les choses qu'ils ne se sont pas dites.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Sans vouloir trop en dire, Anthony, le père de Julia qui vient de mourir revient à la vie pour 6 jours, 6 jours pendant lesquels c'est le moment ou jamais pour eux deux de se dire toutes ces choses qu'ils ne se sont pas dites.

 

La relation conflictuelle entre Julia et son père, va peu à peu s'apaiser au fil des pages malgré les mensonges et les secrets qui sont dévoilés au fur et à mesure.

 

J'ai beaucoup aimé lire ce roman dans lequel Julia repart sur les traces de son passé grâce à son père qui à l'époque lui avait imposé ses choix de vie. Aujourd'hui il l'aide à se reconstruire en l'aidant à suivre ses envies à elle, même si cela implique le bouleversement de plusieurs existences.

 

C'est une belle histoire, de plus l'intrigue m'a fait voyager dans le temps en soulevant une page de l'Histoire avec la chute du mur de Berlin. J'ai aimé la description vécue de l'intérieur de ce moment historique qui je pense est retranscrit avec beaucoup de justesse.

 

Cette belle idée de pouvoir se dire toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites, après un décès, même si elle est utopique, m'a touchée. Cette possibilité de pouvoir mettre les choses à plat pour aider à faire face au deuil avec plus de sérénité sans regret ni rancoeur est je pense un rêve pour chacun d'entre nous.

A ce titre, ce roman est à considérer comme un message : Ne pas attendre qu'il soit trop tard. 

 

Toutefois je suis restée sur ma faim avec la dernière page qui laisse une fin ouverte, ce que je n'aime pas quand je termine un livre.

 

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 19:45

Dans le cadre d'un partenariat avec les Editions Taurnada, j'ai eu la chance et le plaisir d'être sélectionnée pour recevoir un de leur livre paru en mars dernier.

 

"Sang blanc" - Noémi Krynen

L'histoire :

 

Alors qu'une série de meurtres teinte de rouge la si belle campagne enneigée du Vercors, Édouard, dentiste, revient dans son village après la mort de ses parents. Il y retrouve Renaud, un vieil ami d'enfance, et se lie avec Anna, une jeune serveuse.
Édouard pensait connaître ses parents, mais il n'est pas au bout de ses surprises...

Ce séjour qui ne devait être qu'une simple formalité administrative va peu à peu glisser vers l'abîme du passé et bouleverser définitivement son avenir... 

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Tout d'abord j'ai beaucoup aimé la construction de l'intrigue.

En fait il y a 2 histoires en parallèle, qui bien sûr finissent par se croiser, mais je ne m'y suis jamais perdue grâce à leur retranscription distincte.

 

La première, écrite en italique, date d'il y a 10 ans. C'est l'histoire de Cassandre qui a été retrouvée morte et violée après avoir fêté son succès au bac.

 

La seconde, actuelle, est celle de Edouard qui revient dans le village de son enfance suite au décès de ses parents dans un accident de voiture. 

Son retour à Rencurel, le ramène à revoir ses amis d'alors, et à trier les affaires de ses parents avec lesquels il n'avait plus de contact sans pour autant trop savoir pourquoi.

Il y rencontre également Anna, une jeune serveuse mystérieuse.

 

J'ai également beaucoup aimé l'écriture qui est très fluide. J'ai tourné les pages sans réellement m'en rendre compte. De plus les personnages sont bien en place, ils ont chacun leur rôle à jouer, il n'y a pas de superflu.

 

Seul petit bémol, j'ai trouvé que c'était un peu long pour entrer dans le vif du sujet mais pour autant, c'est un thriller efficace sans fioriture inutile, et où tout a sa juste place.

L'intrigue est bien ficelée, les rebondissements amènent du rythme et pour conclure le tout, l'épilogue très court est idéal pour clore le livre sur une note parfaite.

 

Je remercie donc vivement les Editions Taurnada pour ce sympathique partenariat, grâce auquel j'ai passé un bon moment de lecture, et qui m'a permis de découvrir une nouvelle auteure prometteuse.

 

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 19:01
"Le portrait de Dorian Gray" - Oscar Wilde

L'histoire :

 

Dorian Gray, jeune dandy séducteur et mondain, a fait ce vœu insensé : garder toujours l'éclat de sa beauté, tandis que le visage peint sur la toile assumerait le fardeau de ses passions et de ses péchés. Et de fait, seul vieillit le portrait où se peint l'âme noire de Dorian qui, bien plus tard, dira au peintre : "Chacun de nous porte en soi le ciel et l'enfer."

Et ce livre lui-même est double : il nous conduit dans un Londres lugubre et louche, noyé dans le brouillard et les vapeurs d'opium, mais nous ouvre également la comédie de salon des beaux quartiers.

Lorsqu'il parut, en 1890, il fut considéré comme immoral. Mais sa singularité, bien plutôt, est d'être un roman réaliste, tout ensemble, et un roman d'esthète - fascinants, l'un et l'autre, d'une étrangeté qui touche au fantastique.

 

Ce que j'en ai pensé :

 

J'avais lu ce livre alors que j'étais adolescente, certainement dans le cadre de ma scolarité, j'avais le souvenir que ce livre m'avait marqué. L'histoire, qui se déroule dans l'Angleterre du 19ème siècle, est celle de Dorian Gray, un jeune adolescent dandy, dont la beauté est admirée par tous.

 

Alors que Basil a fini de peindre son portrait, un véritable chef d'oeuvre, Dorian émet le voeu de toujours rester aussi beau que son portrait, et que ce soit sur ce dernier que les marques du temps se voient au rythme de ses mauvaises actions..... et c'est ce qui se passe.

Les années défilent, Dorian reste toujours aussi beau et tous les stigmates du temps marquent le portrait qui est à l'image de l'âme du héros très influencé par Lord Henry.

 

Le souvenir que j'avais de ce roman n'était pas altéré, j'ai retrouvé le héros, le décor et l'ambiance de cette époque passée et que j'aime. Les théories sur la vie, le plaisir, l'art, et la beauté y sont joliment présentées même s'il ne faut pas y chercher beaucoup de moralité.

Quant à la fin, elle s'achève de façon magistrale.

 

Ce roman est très vivant car il se passe toujours quelque chose,  par contre je ne me rappelais pas de l'écriture qui n'est pas facile à lire : des phrases très longues avec un vocabulaire élaboré et une conjugaison au passé simple.

Il n'empêche que je ne regrette pas du tout d'y avoir consacré à nouveau quelques soirées.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 12:22
"L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa" - Romain Puertolas

L'histoire :

 

Un voyage low-cost... dans une armoire Ikea! Une aventure humaine incroyable aux quatre coins de l'Europe et dans la Libye post-Kadhafiste. Une histoire d'amour plus pétillante que le Coca-Cola, un éclat de rire à chaque page mais aussi le reflet d'une terrible réalité, le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle, sur le chemin des pays libres.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Ce qui m'a attiré dans ce livre c'est son titre que j'ai trouvé loufoque et qui m'a intrigué. En cela le côté marketing a bien joué son rôle mais c'est tout, il n'y a rien de plus. 

 

Je viens de le finir et je suis perplexe quant à en donner mon avis.

 

Si le début m'a fait sourire de par ses réflexions et ses annotations sur la façon de prononcer le nom du héros au final ce livre est une farce burlesque qui ne m'a pas amusée. 

 

L'auteur a usé et abusé de ces touches "humoristiques" qui ne le sont plus à force d'être répétées et qui deviennent d'ailleurs bien lourdes.

Le roman retrace l'histoire de ce fakir qui par de malencontreuses coïncidences répétitives se retrouve à voyager comme clandestin à travers l'europe. 

 

Rien n'est crédible dans ce qu'il vit. Que dire de sa rencontre improbable avec une célèbre actrice Sophie Morceaux? 

Et sur sa décision de ne plus être fakir pour devenir écrivain? C'est ainsi que le roman qu'il écrit sur sa chemise dans le noir d'une soute d'avion nous est retranscrit sur plusieurs chapitres! Que de longueurs inutiles....

 

Si l'auteur souhaitait mette en avant la condition des immigrés clandestins, je ne suis pas sûre que son message soit très pertinent, s'il souhaitait écrire un livre plein d'humour, en ce qui me concerne, il a râté sa mission.

 

Je trouve ce livre grotesque et sans intérêt.

Je le referme sans regret et passe vite à autre chose.

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 15:31
"Barbe bleue" - Amélie Nothomb

L'histoire :

 

La colocataire est la femme idéale.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Le résumé ne peut guère être plus court et énigmatique. J'ai déjà lu 2 ouvrages de cette auteure, "Stupeur et Tremblements" que j'avais bien aimé, et "Hygiène de l'assassin" qui ne m'avait pas du tout plu.

C'est donc avec quelques appréhensions que j'ai commencé ce livre, mais motivée quand même par le fait qu'il soit court et donc au pire vite lu.

 

Et effectivement il est très vite lu. Dévoré d'une traite, j'ai été agréablement surprise!

 

L'histoire est simple, c'est celle du conte de Barbe Bleue revisitée à notre époque contemporaine : Un homme austère vit reclus dans un luxueux appartement et cherche une colocataire alors que les 8 dernières ont disparu mystérieusement.

 

Le sachant, cela n'effraie pas pour autant Saturnine qui postule.

Une fois choisie, elle cherche à en savoir plus sur celles qui l'ont précédée et sur Don Elemirio son hôte, cela, en partageant son quotidien et son appartement à l'exception de la pièce interdite, source de toutes les curiosités et clé de l'intrigue.

 

L'écriture est fluide grâce à de nombreux dialogues où la répartie est de mise. Il y a aussi de l'humour voire de l'absurde avec notament les prénoms des protagonistes, mais je trouve que cela va parfaitement avec l'univers de Amélie Nothomb.
Ce livre a été pour moi une lecture plaisante qui finalement me donne envie d'en découvrir d'autres de cette auteure.
 
 
Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 20:11
"Une (irrésistible) envie de sucré" - Meg Cabot

L'histoire :

 

Heather Wells, ex-lolita de la pop, ne veut plus être victime de la mode. Elle se sent très bien en jean. Et sa vie d'avant, les paillettes et les larmes, non merci. Elle décroche un job dans une résidence d'étudiants où l'on ne s'ennuie vraiment pas : deux filles meurent coup sur coup. Heather est persuadée qu'il s'agit de meurtres. Ça tombe bien, le sublime garçon qui l'héberge dans sa sublime maison - Cooper est détective. En plus, il se fiche qu'elle fasse du 46 ! Une nouvelle vie commence pour Heather ! Pour un peu, elle porterait même une robe... 

 
Ce que j'en ai pensé :
 
J'ai aimé le ryhtme de la narration, le style est agréable. Dès la fin du premier chapitre on rentre dans le vif du sujet.
Le roman se lit très facilement grâce aux nombreux dialogues, et aux touches d'humour bien sympathiques.
 
L'héroïne est attachante, j'ai bien aimé lire ses pensées intérieures où elle se fait des romans de ce qu'elle aimerait s'entendre dire notamment en ce qui concerne ses échanges avec Cooper, son propriétaire/ami/ex beau-frère et surtout dont elle est secrètement amoureuse.
 
Ce roman est une lecture de fille, mais il y a un gros plus avec l'intrigue policière qui est bien ficelée. Cet aspect là m'a agréablement surprise pour un ouvrage de ce genre.
 
J'ai passé un bon moment de lecture et découvert une nouvelle auteure, je lirai certainement d'autres ouvrages d'elle.
 
 
Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 14:48
"La mémoire fantôme" - Franck Thilliez

L'histoire :

 

Une femme à bout de souffle court dans l'orage. Dans le creux de sa main, un message gravé en lettres de sang: "Pr de retour". Elle pense être en février, nous sommes fin avril. Elle croit sa mère vivante, celle-ci s'est suicidée voilà trois ans dans un hôpital psychiatrique...

Quatre minutes. C'est pour elle la durée approximative d'un souvenir. Après, sans le secours de son précieux organiseur électronique, les mots, les sons, les visages... tout disparaît.

Pourquoi ces traces de corde sur ses poignets? Que signifient ces scarifications, ces phrases inscrites dans sa chair ? Quel rapport entre cette jeune femme et les six victimes retrouvées scalpées et torturées quatre années plus tôt?

Pour Lucie Henebelle, lieutenant de police de la brigade criminelle de Lille, la soirée devait être tranquille. Elle deviendra vite le pire de ses cauchemars... Une lutte s'engage, qui fera ressurgir ses plus profonds démons.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

C'est la première fois que je lisais cet auteur, et une chose est sûre ce ne sera pas la dernière!

J'ai adoré! Ce roman est un vrai thriller comme je les aime, qui tient en haleine jusqu'au bout.

 

L'intrigue tordue est très bien ficelée. Certains passages sont un peu difficiles, mais cela fait partie du genre. Les personnages ont tous leur secret et leur rôle à jouer. Il n'y a pas de superflu, tout a sa juste place. Aucune interrogation ne reste en suspens une fois le livre fini.

 

De plus il nous apprend plein de choses sur la complexité de la mémoire.

J'ai adhéré à 200% à ce roman au rythme haletant, il y a longtemps que je n'avais pas été aussi enthousiaste pour une de mes lectures.

 

Je le recommande vivement aux amoureux du genre.

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 09:59
"Maudit manège" - Philippe Djian

L'histoire :

 

"Quand je lui ai appris que j'étais écrivain, il faillit nous flanquer contre un arbre.

-Mince! Voilà un truc qui en jete!... dit-il après avoir repris le contrôle de son véhicule.

- Ouais, y a beaucoup de brillant.

- Et c'est quoi comme genre?

- Hum, j esais pas comment dire. J'en sais rien."

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Ce livre est la suite de "37.2° le matin". Je ne crois pas avoir vu le film, ou alors il y a des années et je n'en ai aucun souvenir, mais cela ne nuit en rien la compréhension de ce roman qui retrace la vie de notre héros écrivain.

 

Quoi en dire? A vrai dire pas grand chose. C'est le fil de sa vie qui est décrit, de ses années de galère où il est inconnu jusqu'à son succès dans l'écriture. C'est une aussi une histoire d'amitié avec son ami Henri, Marlène l'ex-femme de celui-ci et Gloria leur fille. 

 

C'est la vie simplement qui est racontée, avec ses bonheurs et ses trahisons.

Je me suis laissée portée par l'histoire sans prise de tête mais j'ai trouvé que la fin avait un goût d'inachevé.

Que devient tout ce petit monde et en particulier Henri? On ne le sait pas et rien n'est dit qui pourrait nous mettre sur la voie. Dommage.

 

 

Repost 0
Published by Céline - dans Coin Lecture
commenter cet article